• Glady de Brégeot

Le château de Bannes et la bastide de Beaumont-du-perigord

Dernière mise à jour : 26 mai

Le château de Bannes à Beaumont-du-Perigord « qui ne se visite pas » appartient depuis 1960 à l’une des plus grandes fortunes de France. Il se situe sur la route de Lalinde à quelques km de la bastide royale anglaise de Beaumont-du-Perigord édifiée en 1262 (1)..

Ce château est l’archétype du château périgourdin, citadelle médiévale avec son pont-levis en fonctionnement sur une douve sèche avant le châtelet entouré de courtines épaulés de grosses tours circulaires à mâchicoulis. C’est aussi une demeure Renaissance imposée dés le portail par ses sculptures de fleurs de lys et d’hermines. La Chapelle date de la même époque.

je vous laisse imaginer son faste, par ces descriptions : « dans l’aile droite, deux salles voûtées dites « chambres d’Henri IV » qui conservent encore une précieuse décoration peinte presqu’intacte, du temps de la Renaissance »… « la cheminée monumentale de la grande salle est un chef d’œuvre, comportant quatre étages de bandeaux sculptés d’initiales LA pour Louis XII et Anne de Bretagne, de devises et d’animaux héraldiques » ».

- Remontons à son origine :

Avant le château Renaissance actuel, au XIIe siècle, une forteresse médiévale occupait ce point stratégique contrôlant la vallée de la Couse et la route vers la Dordogne assurant un refuge aux habitants et un contrôle de la région, car l’Aquitaine était sous domination anglaise et des compagnies de mercenaires dirigées par des capitaines qui se vendaient aux plus offrants, pratiquaient pillages et exactions.

Au XIVe siècle, Édouard III, roi d’Angleterre, prétendait au trône de France mais c’est le Valois Philippe VI qui le devint, donnant le prétexte à la guerre de cent ans (1337-1453).

Le château apparaît dans les textes au XIVe siècle. Il était à Jean de Seignal, capitaine redouté d'écorcheurs (mercenaires vivant de rapines) au service du roi de France.

En 1409, il est pris par Ramonet de Sorts, capitaine du château de Castelnaud pour le compte des Anglais, il chassera sa propriétaire, la marquise d’Esclamat.

En 1418, Sarlat achète une trêve aux capitaines de Belvès, Cugnac, Bannes et Domme avant de se rebiffer du 15 août au 6 septembre 1442 quand les habitants de Sarlat, aidés de Jean de L'Aigle, comte de Périgord, du sieur de Pons, du sieur de Turenne, du sieur Pons de Beynac, sénéchal du Périgord, et de plusieurs seigneurs, vont décider de faire le siège de Belvès. Ensuite Bannes sera assiégé le 27 septembre et Castelnau-de-Berbiguières sera pris en octobre. Les garnisons se rendront contre le paiement de rançons.

Le 15 novembre 1442, les consuls de Sarlat vont envoyer sur ordre du roi de France quinze manœuvres pour démolir le château de Bannes partisan de «l’Anglais» mais le château ne sera qu’incendié et démantelé car Brandelis d'Abzac l’habite, considérant qu’il appartient à son père Gantonnet d’Abzac qui avait épousé en 1440 la fille de Ramonet, celui-là même qui avait chassé la marquise d’Esclamat en 1409. Les comptes vont se régler quand Brandelis d’Abzac devra rendre le château car Jean d’Esclamat qui n’oublie pas la marquise , le réclame devant le Parlement de Bordeaux. Ce sera Jean Faulcon qui sera subrogé à Jean d’Esclamat.

Son fils Albert Faulcon va le revendre en novembre 1510 à Brandelis (prénom très en vogue semble-t-il) de Gontaut-Biron.

La reconstruction du château tel qu’il se présente aujourd’hui, va durer prés de 25 ans et les historiens s’accordent à attribuer la reconstruction à Armand de Gontaut, évêque de Sarlat et frère de Brandelis. Sur une des voûtes de la Tour donnant sur le vallon, on peut apercevoir les armes des Gontaut-Biron. François fils de Brandelis de Gontaut-Biron continue les travaux et, en 1544, sa veuve Françoise de Salignac obtient en douaire le château.

En juillet 1571 Jean II de Losse achète le château de Bannes aux Gontaut-Biron. Il y fera réaliser la salle des peintures. Pour situer la puissance de ce seigneur de Losse, il est bon de savoir qu’après avoir été page de François ler, puis capitaine, il servira tous les fils de Catherine de Médicis : François II, Charles IX, Henri III. Il fut aussi tuteur du futur Henri IV et il fut nommé Gouverneur de Guyenne par Charles IX en 1573.

Les Losse garderont le château de Bannes, pendant 300 ans.

Revendu à la famille Fayolle du Moustier, le château sera restauré en 1882.

Le château a été acquis en 1960 par les propriétaires actuels.

Il est classé monument historique depuis 2002.



(1) La place centrale avec sa halle et ses maisons à arcades est le cœur quasi-intègre de la bastide. De ses fortifications percées de 16 portes, seule la Porte Luzier classée M.H. a été conservée.

En déambulant dans les ruelles de Beaumont, vous verrez différents modèles de maisons datant du Moyen Age dont la Maison Chambard, la Maison de Monsec et la Maison Lafitte.

Mais son joyau est sans conteste l’église fortifiée Saint-Front datant de la fin du XIIIe siècle, puis modifiée au XIXe siècle. L'église représentait à l’origine une partie importante de la stratégie défensive de cette ville médiévale. L’édifice gothique possède deux tours défensives et abrite des vestiges de peintures murales représentant St-Jacques et un christ en majesté. L’édifice est classé depuis le 8 avril 1909.



Ps - peut-être apprécierez-vous ce post qui vous parlera du chateau de Losse à Thonac - https://perigordalentour.wixsite.com/website/post/chateau-de-losse-à-thonac et du château Biron des Gontaut-Biron

https://perigordalentour.wixsite.com/website/post/biron-au-carrefour-du-périgord-du-quercy-et-de-l-agenais





Grille simple délimitant la propriété -

monumentale cheminée de la grande salle - photo DR


Contrairement à la plupart des bastides, Beaumont ne possède pas de château.

Son joyau est sans conteste l’église fortifiée Saint-Front datant de la fin du XIIIe siècle.

Cet édifice gothique possède deux tours défensives et abrite des vestiges de peintures murales représentant St-Jacques et un christ en majesté.


hôtel Bontemps à Belvès - maison noble du XIIIe sur laquelle une façade Renaissance italienne a été plaquée Vers 1520. Cette maison était en 1442 celle du capitaine «  pour l’Anglais« Thomas Gaillard dit Bontemps. il se rendra à l’armée française après un mois de siège.

973 vues1 commentaire